arena-dunkerque-e1341577111529.jpgEn juillet 2012, le conseil communautaire de Dunkerque a décidé de charger le groupe Vinci de la construction d'une grande salle de 10 000 places dans la zone du Noort Gracht. Cet équipement a notamment pour vocation d'accueillir des compétitions internationales de sport ainsi que diverses manifestations culturelles (concerts, spectacles, ...). A en croire Michel Delebarre, sénateur-maire de Dunkerque, l'intérêt de cette Grande Salle relève quasiment de l'incontestable :

Trois années de réflexion et d’études ont permis de déterminer et de concevoir (sur papier) la structure répondant au mieux à la fois aux besoins du Dunkerquois mais également aux exigences de l’événementiel culturel et sportif. De quoi convaincre les derniers sceptiques de l’incontestable bénéfice de l’Arena pour notre territoire et ses habitants… Des sceptiques qui finalement n’ont pas grand-chose à dire sur un dossier qui ne peut que profiter au Dunkerquois, à son image, son développement économique, son emploi et donc à la confiance de ses habitants. On aime Dunkerque ou on ne l’aime pas… Et si c’est le cas, on ne peut raisonnablement repousser un enjeu qui permettra à toute une agglomération de franchir une étape nécessaire.

Oui, le projet de la Grande Salle, équipement multifonctions, peut apparaitre séduisant : jusqu'à 10 000 personnes pourront s'y installer le temps d'un match de basket, de handball, de tennis, de hockey sur glace, d'un concert ou d'un spectacle. Des foires et salons pourront y avoir lieu. Boutiques, bars, salons et loges VIP, restaurant panoramique sont également au programme. Mais pour autant de nombreuses interrogations restent en suspens.
Le projet est intéressant. Certes cela doterait Dunkerque d'un bel équipement. Mais la temporalité est-elle la bonne ? L'idée était de ne pas passer à côté des financements proposés par l’État suite au rapport Arena 2015 qui pointait le manque de salles de plus de 10 000 places en France. Mais la ville de Dunkerque n'avait-elle pas mieux à faire de son argent ?

Selon ce bon vieux principe du PPP (Partenariat Public Privé), la Communauté Urbaine de Dunkerque s'engage à payer durant 27 ans 6,7 millions d'euros chaque année. Certes, diverses subventions sont attendues : 15M€ de la Région (auxquels s'ajoutent une nouvelle demande de subventions de 15 millions d'euros), 3M€ du Conseil général et 17M€ de l’État. Mais en ce contexte de crise économique, seront-elles effectivement au rendez-vous ? Concernant le soutien de l’État, celui-ci pourrait-être moins important que prévu : le Centre National pour le Développement du Sport, chargé d'attribuer les subventions, devrait en effet accuser un déficit de 32 millions d'euros pour 2012, d'où la nécessité d'un plan d'économies qui va geler les crédits jusqu'à la fin de l'année.
Surtout, peut-on réellement considérer que la Grande Salle relève d'une stratégie d'investissement rentable ? Espérons que des études le prévoient... et aient vu juste ! Pour autant, quelques questions méritent d'être soulevées.
acces_dk.jpgLa situation géographique de Dunkerque peut-être considérée comme un atout : proximité de Lille, de Paris, de Bruxelles, ... Mais l'est-ce toujours dans le domaine du divertissement ? Est-il réellement concevable que la Grande Salle, présentée comme un atout de rayonnement du territoire, attitre suffisamment régulièrement des Lillois, des Parisiens ou des Belges ? Ou, plus modestement, des habitants de tout le littoral ? Ceux-ci ne continueront-ils pas de se rendre dans les installations déjà bien implantées situés à proximité immédiate ? Certes, il se peut que ponctuellement cela soit le cas : un match d'un important tournoi de tennis, lors d'événements comme la Coupe du Monde de handball... Mais "au quotidien" ? Le Grand Stade ou le Zénith de Lille, pour ne prendre que ces exemples, n'attireront-ils pas les plus belles affiches de concerts ou de spectacles, susceptibles de faire déplacer des non-dunkerquois ? Dunkerque étant bordée par la mer, le public potentiel de la Grande Salle ne risque-t-il pas de se limiter à un petit demi-cercle autour de l'agglomération ? Le Zénith de Lille, d'une capacité maximale de 7 000 places, se situe au cœur d'une aire urbaine de 1,1 million d'habitants répartis sur 925km² (1 247hab/km²). La future Grande Salle, elle, est installée dans une aire urbaine de 260 000 habitants répartis sur 790km² (327 hab/km²) !
Autre interrogation : la population a-t-elle les moyens, alors que le chômage ne cesse d'augmenter dans le Dunkerquois, de s'offrir régulièrement ce genre de sortie ? Son pouvoir d'achat est-il globalement suffisant ?
Enfin, peut-on réellement considérer la Grande Salle comme un investissement laissant envisager de grandes retombées pour l'agglomération ? Des individus peuvent se déplacer, assister aux concerts, spectacles, matches. Mais viendront-ils consommer dans le Dunkerquois ? Les restaurateurs et hôteliers en profiteront-ils ? De part la remarque concernant le public potentiel, on peut en douter : ne risque-t-on pas de voir cet espace utilisé avant tout par des habitants de l'agglomération qui, s'ils ont droit à de beaux équipements, se "contenteront" d'assister à leur concert ou rencontre sportive puis de rentrer chez eux en ne dormant ni à l'hôtel ni ne mangeant au restaurant ? Est-ce la raison pour laquelle une zone commerciale a été adossée à l'équipement ? Peut-être. Mais cette implantation pose encore plus de questions, comme nous le démontrerons dans un autre billet.
N'y avait-il finalement pas mieux à faire avec cette argent ? N'aurait-il pas été plus pertinent de financer avant tout des équipements pour relancer et diversifier l'économie, pour attirer des entreprises, pour unifier le territoire ? Malgré les réserves que je peux avoir concernant l'idée d'implanter un tramway à Dunkerque, réserves que je détaillerai et expliquerai dans un billet ultérieur, il convient de rappeler que, si Michel Delebarre s'oppose à ce projet, c'est officiellement avant tout pour une question... de coûts ! Trop cher pour une agglomération qui n'en aurait pas forcément l'utilité. La Grande Salle est-elle si peu chère et présente-t-elle une réelle chance pour le développement économique de l'agglomération ? Qu'il soit permis d'en douter.

Que je sois pourtant clair. Oui, la Grande Salle est un beau projet. Oui, à terme, un tel outil peut contribuer au développement du territoire. Non, je ne critique pas le soutien à la culture ou au sport de haut niveau, loin de là. Mais la temporalité semble délicate. Lancer ce projet dans une agglomération qui perd des habitants, qui est touchée par un chômage important, qui doit prendre un virage de diversification de son économie industrielle ne me parait pas être des plus pertinents. Dans plusieurs années, une fois le territoire redynamisé et les investissements nécessaires pour attirer de nouvelles entreprises effectués oui, Dunkerque aurait pu prétendre en toute légitimité à cette dépense. Mais aujourd'hui ? Ce projet ne pouvait-il pas s'envisager à moyen terme ? Si, sans doute. Mais le plus gros problème posé par cet aménagement de la zone du Noort Gracht, outre la Grande Salle en tant que telle, reste la volonté d'implanter à côté un nouveau complexe commercial sur lequel il conviendra de revenir prochainement.