image.jpg"We want you". Tel pourrait être l'appel des commerçants à l'attention de la population dunkerquoise. Le constat est connu depuis plusieurs années : le territoire souffre d'un taux élevé d'évasion commercial. En 2010, 16,5 % des achats réalisés par les consommateurs dunkerquois sont effectués à l'extérieur du territoire, un chiffre en augmentation de deux points par rapport à 2005. Le volume annuel de dépenses perdues pour le territoire s'élevait ainsi en 2010 à 165 millions d'euros, contre 150 en 2005.
Face à ce constat, il convient d'identifier les destinations qui tirent profit de cette situation :

  • Calais et la Cité Europe (5% des achats réalisés à l'extérieur)
  • Saint-Omer et Hazebrouck (3,7%)
  • Lille (2%)
  • Belgique (1,7%)

Entre 2005 et 2010, Calais et la Belgique sont les deux destinations où le volume des achats effectués par les Dunkerquois a le plus augmenté. A cela s'ajoute également l'importance des achats sur Internet qui ont doublé en cinq ans, pour atteindre 3,4 %.
Enfin, une étude par catégorie permet d'affiner ce constat de l'évasion commercial :

  • augmentation dans le domaine de l'équipement de la personne (29,3 % des achats réalisés hors Dunkerquois contre 15 % en 1999)
  • augmentation dans le domaine de l'équipement de la maison (19 %, deux points de plus par rapport à 2005)
  • augmentation aussi pour l'alimentaire (+3,5 points depuis 2005, à 9 %).



Ce constat posé, il reste à identifier des explications :

  • explication d'ordre démographique : entre 1999 et 2010, la zone d'emploi de Dunkerque a perdu 2,7% de sa population au profit de la Flandre intérieure. On y compte aussi davantage de cadres et de professions intermédiaires qui sont des catégories qui consomment plus ailleurs.
  • explications liées à l'offre commerciale : interrogés sur les motifs d'évasion, les sondés mettent en avant l'absence de certaines enseignes (34 à 44 % des réponses) d'habillement, de bijoux, de bricolage, de décoration...,
  • explication liée à l'aménagement urbain : difficultés de stationnement en centre-ville



Garder à l'esprit cette question de l'évasion commerciale offre une clé de compréhension pour appréhender les réflexions menées autour du projet "coeur d'agglo".