Perte d'habitants Depuis décembre 2010, Dunkerque, Fort-Mardyck et Saint-Pol-sur-Mer sont communes associées. Cet ensemble, ce "Grand Dunkerque", comporte environ 95 000 habitants, dont 3 605 habitants à Fort-Mardyck et 21 860 habitants à Saint-Pol-sur-Mer dixit les chiffres de l'INSEE de 2010. Si cette association a fait mécaniquement augmenter la population de Dunkerque, la tendance réelle du territoire est autre : les habitants quittent la ville et l'agglomération.

Ainsi, entre 1999 et 2009, Dunkerque a perdu 0,5% de ses habitants. Si le solde naturel est positif (+0,5%), le solde apparent des entrées-sorties est quant à lui négatif (-1%). A titre de comparaison, sur la même période, le Nord-Pas-de-Calais a gagné +0,10% d'habitants, passant la barre des 4 millions d'habitants. Cette hausse n'est obtenue que grâce au solde naturel (+0,49%), le solde migratoire apparent à l'échelle régionale restant négatif (-0.39%). A l'échelon national, la France a gagné +0,73% d'habitants sur la même période passant ainsi de 54 millions d'habitants environ à plus de 62 millions, grâce et à un solde naturel positif (+0,41%) et à un solde migratoire apparent positif (+0,32%).
Evolution projetée de la populationUne fois ce constat passé, il convient de regarder le futur. Ce mouvement de baisse démographique observé entre 1999 et 2009 devrait se poursuivre si l'on en croit les projections réalisées par l'INSEE à l'échelle de la Communauté Urbaine de Dunkerque. En 2009, la CUD comptait 198 748 habitants. Par rapport à 1999, cela représente une baisse de 0,61% de la population (solde naturel +0,51% mais solde migratoire apparent -1,12%). En 2020, la population estimée s'élèverait à 190 000 habitants. Par rapport à 1999, cela représenterait une chute de 7% avec un solde naturel qui resterait positif (+5 points) et un solde migratoire qui resterait négatif (-12 points).
Ce phénomène devrait déboucher sur un vieillissement de la population. La population de la CUD baisserait de 7% de 2005 à 2020 dans l'hypothèse où le solde migratoire apparent se maintiendrait à sa valeur observée, qui est négative. Ce faisant, le territoire vieillirait rapidement : vers 2015, les seniors seraient aussi nombreux que les jeunes de moins de 20 ans.
Dans le même temps, le nombre de ménages augmenterait de 6% sous l'effet de la décohabitation et du vieillissement de la population. De 2005 à 2015, la part des personnes seules dans les ménages progresserait de 6 points et celle des couples diminuerait d'autant. Les familles monoparentales représenteraient toujours 10% des ménages du territoire. Au final, les ménages de la Communauté Urbaine seraient parmi les plus petits des intercommunalités de plus de 50 000 habitants, avec une taille moyenne de 2,3 personnes par ménage.

Ces données sur la population dunkerquoises sont à garder à l'esprit et seront notamment mobilisées lors des billets consacrés au projet "Coeur d'agglo" et aux implantations/extensions des centres commerciaux situés en périphérie (zone d'Auchan et zone près de la Grande Salle).