10-station.pngEn 2008, Pierre Yana, aujourd'hui conseiller municipal de Dunkerque et conseiller communautaire, proposait dans son programme pour les élections municipales de créer un tramway sur le dunkerquois. Élu dès le premier tour, Michel Delebarre s'est dans un premier temps opposé à ce projet. Mais en février 2011, la Communauté Urbaine de Dunkerque a appris qu'elle bénéficiera d'une aide de 9 millions d'euros, accordée suite à un appel à projets lancé par l’État, destinée à la création de lignes de transports en commun à haut niveau de service. Depuis, la question du Transport à Haut Niveau de Service fait l'objet de nombreuses attentions à la Communauté Urbaine et la possibilité d'un retour du tramway à Dunkerque est à l'étude. En effet, les débats se sont rapidement organisés autour du tramway, du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) et du téléphérique (solution qui semble aujourd'hui abandonnée). A l'époque, il m'avait semblé alors pertinent d'attirer l'attention de Michel Delebarre sur une alternative à ces systèmes : le Personal Rapid Transit (PRT). Il s'agit d'un moyen de transport automatique collectif léger permettant de se déplacer à la demande, sans arrêt intermédiaire dans de petits véhicules indépendants et sur une voie dévolue à ce moyen de transport. Concrètement, le ou les utilisateurs montent dans un véhicule, enregistrent leur destination et y sont conduits directement, sans arrêt, comme peut l'illustrer la vidéo ci-dessous. Ce billet n'a pas vocation à expliquer les avantages que peut avoir le PRT : un autre s'en chargera ultérieurement. L'objectif de cet article est de relayer un e-mail et une lettre envoyés le lundi 07 janvier 2013 à Michel Delebarre, Claudine Ducellier, Luc Lenain, Jérôme Notebaert, Bertrand Ringot et Pierre Yana.

Fichier vidéo intégré


A l'attention de
Monsieur Michel Delebarre, ancien Ministre d'État, Sénateur-Maire de Dunkerque, Président de la Communauté urbaine
Madame Claudine Ducellier, adjointe au Maire de Dunkerque, conseillère déléguée à la Communauté Urbaine
Monsieur Luc Lenain, directeur des transports et déplacements à la Communauté Urbaine
Monsieur Jérôme Notebaert, adjoint au Maire de Gravelines, directeur de cabinet du Président de la Communauté Urbaine
Monsieur Bertrand Ringot, maire de Gravelines, vice-Président de la Communauté Urbaine
Monsieur Pierre Yana, conseiller municipal de Dunkerque, conseiller communautaire

A Lille, le 07 janvier 2013

Objet : Transport à haut niveau de service – PRT

Madame, Messieurs,

En 2011, suite à la découverte des réflexions concernant le Transport à Haut Niveau de Service sur le dunkerquois, j'ai contacté M. le Sénateur-Maire Michel Delebarre. Je souhaitais lui présenter une option moins connue que ne peuvent l'être le tramway ou le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) : le Personal Rapid Transit (PRT). Suite à ce courrier et à la réponse de M. Delebarre, j'ai eu l'occasion de rencontrer Mme. Ducelier et M. Notebaert, ainsi que d'échanger avec M. Lenain, M. Ringot et M. Yana. Chacun étant engagé sur le dossier des transports à Dunkerque, les personnes précédemment citées sont destinataires de cette lettre.
La lecture de l'édition du mercredi 26 décembre 2012 du Phare Dunkerquois, évoquant un choix « dans le courant du premier semestre (2013) » entre BHNS et tramway, ainsi que la poursuite des travaux sur la mobilité à Dunkerque, m'ont convaincu de vous contacter à ce sujet à travers cette lettre ouverte reprise sur pierre-vuylsteker.fr.

Je reste persuadé que le PRT représente une carte à jouer à fort potentiel, plusieurs sites dont des villes commençant à adopter ce système (Masdar City (Emirats arabes unis), Cupertino (Etats-Unis), Amritsar (Inde)), et des projets étant également à l'étude pour des installation à Gurgaon (Inde) ou Tysons Corner (Etats-Unis). Il ne s'agit pas de vous inviter à être convaincu, comme je le suis, que le PRT est la solution ; d'autant plus qu'il ne s'agit que d'un maillon à combiner avec d'autres modes de transport bien évidemment. Pourtant, par la présente, je souhaiterais simplement m'assurer que ce mode de transport sera étudié aussi sérieusement et précisément que le BHNS ou le tramway. Conscient que toutes les données ne sont pas en ma possession, cette étude sur le PRT pourrait révéler sa non-pertinence. Mais son absence risquerait de laisser l'idée que Dunkerque est passé à côté d'un choix crucial dans le cadre d'une décision prise en 2013. Si cette année pré-électorale ne retire bien évidemment aucunement ni la légitimité des conseillers élus ni leur capacité de travail, le choix qui sera opéré engagera pour plusieurs décennies la Communauté Urbaine et ce moins d'un an avant des élections.
Sans en revenir aux informations que je vous ai préalablement faites parvenir (sur les raisons du PRT - recherche et développement sur le dunkerquois, changement de l'image de la ville, prise en considération des évolutions de la société, … -, sur les coûts, …), je souhaiterais revenir sur l'une des critiques que l'on peut adresser au PRT : comment combiner transport automatique et autres modes de circulation ?
Quand je lis que le projet cœur d'agglo a vocation à repenser la ville, je pense que la réponse se situe également ici pour le PRT. Il s'agit de repenser la ville, de repenser les flux, de repenser la place donnée aux voitures, aux piétons, aux vélos. Il s'agit d'éviter que le PRT ne fasse un accident avec une voiture ? Peut-être faut-il envisager la nécessaire sortie, qui se fera de toute façon à terme, de la voiture du centre-ville. Comment concilier l'automatisme avec les piétons ? Faire de la R&D pour perfectionner le PRT et l'adapter à un système de « passage à niveau » pour piétons, envisager sa construction en hauteur ou encore sous-terre. Les solutions techniques existent ou existeront. Dunkerque pourra contribuer à leur développement ou laisser d'autres agglomérations s'en charger. Car une nouvelle fois, il ne s'agit pas que de transport mais bien d'une pièce dans un projet global de redynamisation de l'agglomération.
A terme, nos modes de transport seront bouleversés. Non pas par le bus, le tramway ou le téléphérique, mais par la voiture automatique, la voiture intelligente ou d'autres nouveautés qui de toutes façons viendront modifier en profondeur l'organisation de la circulation aujourd'hui, l'urbanisme des villes et tout ce qui peut découler de la question des déplacements. Les impératifs écologiques et la volonté d'apaiser la ville nous imposent de quitter le « tout-voiture ». Le BHNS et les tramways, aussi intéressants soient-ils (car bien évidemment ils le sont !), n'apportent pas la dimension R&D, l'adaptation au futur, le projet économique et social du PRT. Il ne s'agit pas de chercher à jouer niaisement la modernité, mais bien d'anticiper les nouveaux déplacements plutôt que de suivre une tendance. Tout le monde refait du tramway et investit des millions d'euros, faut-il les suivre ? N'est-ce pas une solution qui arrive à ses limites ? Dans les années 1970-1980, le projet ARAMIS visait à développer le PRT à Paris. Il fut abandonné et aujourd'hui les décideurs essaient tant bien que mal d'unifier le territoire parisien. Le PRT aurait pu être une réponse et éviter l'enclavement de quartiers. Sans compter sur le fait qu'aujourd'hui la France serait peut-être pionnière dans ce domaine, là où d'autres pays aujourd'hui ont saisi le marché, comme elle le fut avec le tramway automatique.

Une nouvelle fois, malgré ma conviction, je ne prétends pas avoir raison. J'en appelle à la nécessité de ne pas s'enfermer à un choix entre deux solutions "classiques"... Tout comme je m'efforce à ne pas voir le PRT comme unique option.
Souhaitant poursuivre l'exercice intellectuel pour savoir si le projet était envisageable à Dunkerque, j'ai contacté en mon nom l'entreprise qui développe l'Ultra PRT qui m'a répondu et m'a fait parvenir un document visant à préciser ma vision (ci-joint). Je vous invite à trouver les coordonnées électroniques de la personne qui me l'a fait parvenir : (non repris dans la version publique de la lettre).

En vous souhaitant une excellente année 2013 et en vous remerciant par avance de l'intérêt que vous porterez à cette lettre, je vous prie d'agréer, Madame, Messieurs, l'expression de mes salutations les plus distinguées,

Pierre Vuylsteker