vehicule_prt.jpgAprès avoir assisté à deux des trois séminaires organisés par la Communauté Urbaine sur la question du transport en commun en site propre à Dunkerque (TCSP) et m'être informé sur l'avancée de ce dossier de la manière la plus complète qu'un simple citoyen puisse le faire, entendu donc comme individu hors des sphères décisionnelles actuelles, je ne peux m'empêcher d'être étonné sur la façon dont est géré, à mon humble connaissance, le dossier.

Le questionnement de départ me paraît ainsi doublement critiquable. Nous pourrions le résumer, en simplifiant légèrement (quoique), a une réflexion qui cherchait d'ores et déjà à définir si Dunkerque devait se doter d'un BHNS ou d'un tramway et à étudier pourquoi tel mode de transport peut être préférable à tel autre. Premièrement, cette question me semble déjà biaisée : que sont devenus les transports types PRT, GRT ou encore téléphérique ? Mener une réflexion en occultant certaines réponses me laisse déjà perplexe. Pour autant, il me semble que cette première critique est en réalité la conséquence d'une seconde : le point de départ même de la réflexion me paraît étonnant.

Ce séminaire sur le TCSP semble avoir éludé une question essentielle : pourquoi parlons-nous d'un TCSP ? En d'autres termes : un TCSP à Dunkerque, pour faire quoi ? Pourquoi se préparer à investir des millions dans un tel projet ? S'agit-il de répondre à une situation de congestion de nos axes de déplacement actuels ? Il semblerait que non car, pour reprendre les mots de M. le sénateur-maire, "la notion de bouchon pour un Dunkerquois c’est parce qu’il y avait une voiture devant lui, peut-être derrière lui". S'agit-il de répondre à un système actuellement chaotique de transport en commun ? S'il est toujours possible de l'améliorer, la situation actuelle est loin d'être catastrophique et ne semble pas faire absolument appel à un projet de TCSP. S'agit-il alors de chercher une justification à des travaux d'embellissement de la ville ? L'un des arguments qui revient souvent est effectivement que le tramway apporte de belles parcelles vertes dans la ville, que l'on profite d'un TCSP pour embellir une commune. Soit. Mais tout ceci peut s'envisager sans TCSP qui ici n'est qu'un prétexte à de grands travaux, au demeurant utiles et nécessaires.

Revenons-en à ce qui aurait dû être le questionnement de départ selon moi : pourquoi donc un TCSP ? Il peut s'agir dans un premier temps de vouloir limiter la place de la voiture à Dunkerque pour toute une série de raison (santé, pouvoir d'achat des habitants, environnement ...). Certes. Dans ce cas, je me permets de signaler que d'autres modes de transport que le tramway ou le BHNS peuvent mieux répondre à cette problématique, d'où la nécessité de ne pas s'enfermer dans un choix binaire. Ma position concernant le TCSP, car je défends un tel projet, ne s'inscrit cependant pas dans une des logiques précédemment évoquées. Dunkerque fait aujourd'hui face à une situation compliquée : sa vocation industrielle pose question, Dunkerque doit économiquement se diversifier et réussir à redevenir une ville attractive ou qui, au minimum, réussit à faire rester ses habitants. Il convient d'enfin penser le territoire dans son ensemble, de réfléchir en termes d'agglomération, d'unifier cet espace et de le raccorder à ses voisins. Le TCSP est un outil, et non une fin en soi, qui doit symboliser cette nécessité, expliciter un vivre-ensemble et de nouvelles frontières à l'agglomération, faire prendre conscience aux habitants de l’agglomération qu’ils vivent dans un espace commun. Cette question de l'agglomération doit inviter à repenser ce qui doit être son cœur et comment l'organiser. Quels quartiers faut-il desservir ? Quels projets peut-on envisager en lien avec ce TCSP ? Le TCSP ne doit pas se limiter à l'existant mais s'inscrire dans un projet global de développement de l’agglomération. Le TCSP n'est pas une fin mais un moyen pour réaliser la ville de demain. Il s'agit de regarder les plans et ambitions de la ville pour les mettre en relation avec le projet de TCSP. Il ne s'agit pas uniquement de définir des nouvelles zones d'influence de la ville mais aussi de penser au renouvellement urbain que l'on souhaite : piétonisation de la place Jean-Bart ? Des alentours du Pôle Marine ? Le TCSP offre l'occasion de repenser considérablement la ville et ses flux. Ne nous limitons pas à implanter un TCSP dans la ville actuelle : s'agit-il réellement de penser uniquement cosmétique superficielle ? Il manque à Dunkerque des grands projets, structurants, qui engagent la ville pour plusieurs décennies. Penser le TCSP sans cette logique revient à figer la ville dans la situation actuelle. Si rien n'est définitif, les choix imposés par le TCSP marqueront et contraindront le développement à venir de l’agglomération. Ne nous limitons pas à un projet secondaire, mais pensons réellement à demain. Des projets de cette envergure ne se mènent pas tous les dix ou vingt ans, alors ne passons pas à côté de cette occasion pour initier une véritable évolution dans notre rapport à la ville.

J'ai contacté à plusieurs reprises divers élus pour évoquer le PRT. Il ne s'agit pas de dire que c'est LA solution. Ne viens-je pas d’insister sur le fait qu'il ne fallait pas avoir d'a priori ? Mais ce mode de transport se doit d'être étudié en tant que transport mais aussi en tant qu’opportunité économique et sociale pour notre territoire. Je vous renvoie pour cela aux différents articles ce ce blog qui évoquent notamment les opportunités économiques, de R&D, etc., que le PRT pourrait accompagner. Là encore, il ne s'agit pas de faire du transport pour du transport mais d'inscrire le TCSP dans un projet global.

Je salue donc le travail réalisé dans le cadre de ce séminaire, et lui reconnait au moins l'avantage d'avoir permis de mettre en avant le projet de TCSP. Maintenant il me semble toutefois évident que rien ne peut être décidé et que s'ouvre le vrai débat : quelle agglomération voulons-nous ? Comment imaginons-nous Dunkerque demain ? Que voulons-nous faire de cette agglomération ? J'espère sincèrement qu'aucune décision n'a donc d'ores et déjà été prise au sommet, comme semble l'indiquer le vote hier (jeudi 17 octobre 2013) au Conseil communautaire d'une délibération qui confirme le projet de TCSP sans définir "l'outil", et que la fin de ce séminaire sur la question ne va signifier qu'une chose : l'ouverture d'une véritable réflexion et démarche de prospective sur la ville de Dunkerque que nous voulons dans dix, vingt, trente ans. C’est cela et uniquement cela qui pourra nous amener à choisir entre BHNS, tramway, téléphérique, PRT, GRT, etc…